Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/10/2016

Une mission d'évaluation et de réflexion sur le "FPH nouvelle génération"

Le Vice-Président du Conseil Régional des Hauts-de-France, en charge de la rénovation urbaine, Guillaume Delbar, m'a officiellement demandé et confié la mission d'évaluer et de réfléchir au dispositif "Fonds de Participation des Habitants - Nouvelle génération".

fph.jpg.pngC'est un dispositif de mobilisation citoyenne des habitants dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville, auquel je suis attaché et qui vient de faire l'objet d'une évaluation nationale du Conseil National des Villes, à la demande du Ministre Patrick Kanner.

Dans les semaines à venir, je rencontrerai un maximum d'acteurs associatifs et d'élus concernés. Merci de commencer à m'adresser des premières contributions par mail, au regard des potentialités mises en évidence par le Conseil National des Villes (reprises ci-dessous), de manière à établir un premier cadre de réflexion:

denis.vinckier@nordpasdecalaispicardie.fr

Merci d'être synthétique avec des contributions en 4 parties :

- Le dispositif tel qu'il fonctionne (descriptif factuel);

- Les éléments qui ont fait et font toujours la pertinence du dispositif;

- Les éléments qui ont montré avec le temps un essoufflement;

- Les idées et valeurs à mettre en avant pour un "FPH - Nouvelle génération".

Merci !

 

Mon (premier) calendrier :

Semaine 1: lancement des appels à contributions écrites.

Semaine 2 et 3 : échange avec des acteurs sur la base du cadre de référence.

Semaine 4 : une séance co-créative.

Semaine 5 : restitution aux acteurs.

Semaine 6 : ajustements en vue d'un partage des conclusions

 

 

Les potentialités du FPH qui gagneraient à être développées…pour le Conseil National des Villes

 
Le développement social local : il apparaît essentiel que les acteurs qui ont en charge le FPH (collectivités, associations, centres sociaux, maisons de quartier…) redonnent la priorité aux initiatives qui traduisent la volonté des habitants de faire ensemble, de mener des actions citoyennes d’émancipation ou éducation populaire. Les thèmes liés à l’environnement et au développement durable offrent quantités d’initiatives possibles qui demandent de petits financements. Le thème de la solidarité pourrait être plus fréquemment appelé.  


L'implication des élus dans le dispositif : les représentants des institutions (élus, techniciens) pilotent, animent, encadrent les instances participatives et leur donnent des orientations. La mise en débat des politiques publiques, l'appel à des projets qui répondent aux besoins individuels et collectifs tournés résolument vers l’intérêt général, l’enrichissement et l’émancipation sociale, la mise en capacité des habitants, le lien social et la solidarité, l’amélioration du cadre de vie et de l’environnement, la culture partagée accompagneront utilement le « recentrage » du FPH sur son objectif initial.  


Donner (ou redonner) au FPH sa fonction d’éducation citoyenne, en précisant et encadrant pour cela ses objectifs, son fonctionnement. Le FPH est un outil simple, à la portée de tous les citoyens, même les plus éloignés de la vie collective. Pour cela il faut que ceux qui le pilotent et le font vivre (élus, techniciens et bénévoles) lui donnent une dimension sociale, émancipatrice - au sens de l’éducation populaire - plutôt que de le cantonner au soutien de manifestations festives ou de consommation de loisirs.  


Le FPH, lieu d’apprentissage du débat, du vivre ensemble, de la démocratie participative : par exemple, l’élaboration par les habitants, avec les élus et techniciens et responsables associatifs, du règlement intérieur du comité d’attribution du FPH, est une pratique très bénéfique. C’est un moyen concret d’expérimenter la coproduction des règles qui fondent le fonctionnement d’un groupe. Il en est de même pour la discussion des actions à retenir lors de l'instruction des demandes de FPH. Ces pratiques ne vont pas encore de soi, et nécessitent vraisemblablement sensibilisation et formation des acteurs et praticiens locaux (élus et services). 


En cela, il est même souhaitable que le FPH soutienne toutes les initiatives sur l’ensemble du territoire d’une collectivité, au-delà des quartiers, les collectivités locales s'impliquant alors fortement dans le financement du dispositif dans le cadre de leur droit commun (comme cela existe parfois). Il est seulement indispensable dans ce cas que les crédits octroyés par l’Etat dans le cadre de la politique de la ville (programme 147) soient strictement fléchés sur les quartiers prioritaires.