Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/12/2015

Il faut chercher à unir les énergies

Les électeurs de la grande région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, en se mobilisant plus que la moyenne des Français, ont rendu ce dimanche soir un premier verdict sévère. Je sais qu’un certain nombre d’électeurs ont souhaité, face au danger FN, rejoindre dès le premier tour une dynamique de rassemblement autour de Xavier Bertrand. C’était le signal que j’avais moi-même voulu donner dans la clarté, conscient que nous devrions nous préparer à une mobilisation inédite au second tour de l’élection.
Je laisse aux têtes de listes du camp républicain le soin d’échanger afin de trouver l’issue la plus intelligente à la situation présente exceptionnelle. Mais comme candidat sur une liste républicaine d’abord et comme citoyen avant tout, j’ai un devoir d’expression et c’est au nom de ce devoir d’expression que je souhaite dire ceci :
Comme nous pouvions l’imaginer, trop d’électeurs ont choisi la défiance à l’égard des organisations politiques dites classiques mais qui assurent depuis l’après-guerre la stabilité démocratique et républicaine dans notre pays, nos régions et départements. Certes, ces organisations politiques n’ont pas toujours réussi à créer les conditions d’un renouveau économique et social sur une terre composée de territoires fragilisés par des crises successives.
Mais ces organisations politiques ont su le plus souvent prendre les décisions qui font que notre grande région reste attractive au cœur d’une Europe toujours en construction et qu’elle reste solidaire au cœur d’une France qui doit de plus en plus s’inscrire dans une compétition mondiale. Ces organisations politiques ont par ailleurs su massivement amener et renouveler des élus municipaux, maires, élus départementaux et régionaux, en charge de la défense de l’intérêt général. Ces organisations politiques ont enfin su se rassembler chaque fois que cela était nécessaire. Elles ne sont donc ni parfaites, ni prétentieuses, mais seules des organisations de ce type peuvent continuer à assurer la paix sociale et civile.
La question posée ce soir à ces organisations politiques dites classiques est de l’ordre du défi. Face à la menace d’une déstabilisation civile et sociale inévitable par une formation politique certes reconnue mais dangereuse et pernicieuse, sont-elles capables de s’unir ?
Il ne s’agit pas simplement, de mon point de vue, d’opposer au Front National un Front Républicain mais de répondre au Front National par une Adresse Républicaine puissante, portée par une équipe d’hommes et des femmes irréprochables, s’engageant évidemment tous à siéger au Conseil Régional, s’engageant à lutter contre le FN avec des actes, à tout faire pour maintenir coûte que coûte la paix sociale et civile.
Cette adresse républicaine me semble devoir comporter un certain nombre d’engagements dans la mesure où ce qui semble cruellement manquer pour nos concitoyens dans le débat public régional c’est à la fois du sens, de la confiance, de la solidarité, de la mise en perspective des décisions prises et aussi une certaine manière d’en rendre compte.
Et ce qui manque avant tout, ce sont des repères visibles et des réponses adaptées aux questions qu’ils se posent souvent douloureusement. Ce cri doit être entendu. Les élus vont donc devoir impérativement inventer et mettre en œuvre des solutions qui rapportent de l'emploi et de la confiance. Ils vont devoir conjuguer l'humilité avec le courage, tout en étant contraints de réussir là où les échecs sont réels, en continuant de porter une attention aux plus faibles. Parce que ce sera la dernière chance de réussir, les futurs élus de l’assemblée régionale vont devoir démultiplier la confiance en leurs idées et engagements.
On devrait trouver dans ces engagements notamment, pour tout élu et/ou l’institution, le fait de :
1. Lutter sans merci contre le FN par la mise en œuvre de décisions démocrates, sociales et républicaines courageuses et expliquées ;
2. Siéger tout le mandat au sein de l’instance et s’y consacrer pleinement ; à défaut démissionner.
3. Repenser le rapport de l’institution aux citoyens en explorant de nouvelles formes de participation en direction de toutes les générations ; Ce n’est plus normal que tant de jeunes se désintéressent du débat public qui le concerne.
4. Soumettre les grandes décisions qui concernent directement les habitants dans des conférences de territoire animées par des citoyens ;
5. Considérer pleinement et valoriser le travail du Conseil Economique, Social et Environnement (CESE) dans ce qu’il représente de lien avec la société et les forces vives régionales ;
6. Mesurer et rendre compte du travail accompli dans le cadre d’un grand débat public régional annuel associant tous les médias régionaux (presse, télés, radios, web).
Voilà 6 (premières) orientations importantes qui peuvent guider les réflexions des heures et jours à venir.
Qu’elles servent à éclaircir et éloigner le nuage épais de brouillard qui s’est formé au-dessus de nos têtes !
C’est dans une double réaction, politique et citoyenne, que réside la clé du résultat de dimanche prochain.
C’est dans une capacité nouvelle qu’auront les élus à repenser le rapport aux citoyens et inversement qu’auront les citoyens à repenser leur rapport aux élus, que nous nous sauverons. C’est ma conviction, raison pour laquelle je l’exprime et propose le début d’un chemin pour la mettre en chantier.
Au travail dans la clarté et la détermination !
Denis Vinckier
6/12/2015

05/11/2015

Pourquoi je m'engage derrière Valérie Létard et Xavier Bertrand

liste régionale.jpg

Comme j’ai accepté de figurer comme « centriste » sur la liste emmenée par Valérie Létard dans le Nord (Liste de Xavier Bertrand au niveau de la grande région Nord-Pas-de-Calais-Picardie), je m’en explique en quelques mots.

Je n’ai, en rien, changé. Centriste je suis (presque) né, centriste je mourrai. Je suis tombé dans la « marmite » d’André Diligent il y a maintenant 20 ans et j’ai encore assez de « potion centriste » pour assumer mes choix en pleine indépendance.

Mais nous sommes dans un contexte particulier, avec un risque majeur.

  • Je refuse le recours permanent, par Mme Le Pen, aux incantations pour dissimuler le vide des solutions qu’elle propose.
  • Je refuse le recours, le moment venu, aux pires solutions c’est-à-dire celles qui porteraient atteinte aux valeurs essentielles du vivre ensemble.

De cela, je veux absolument prémunir nos 6 millions d’habitants. J’ai pourtant bien conscience que dire cela n’est pas un argument en soi. Il n’est pas recevable par celles et ceux qui pensent que les choses ne vont pas dans le bons sens. Nous devons donc les rassurer.

Pour cela, il n’y a qu’une solution : afficher des élus déterminés et au travail !

Sur une liste, il y a les « locomotives », elles sont en début de liste. Et il y a, dans la seconde partie de liste, les « michelines » pour pousser la liste. Les deux sortes de tractions sont importantes. Pour moi, les derniers seront les premiers…à rappeler à celles et ceux qui seront élu(e)s demain qu’ils doivent obtenir des résultats, dans le sens de l’intérêt général. Un grand quotidien rappelait ce matin l’ampleur de la pauvreté dans notre région. Cela nous engage toutes et tous à réussir, à innover, à prendre le « taureau » de toutes nos difficultés par les bonnes « cornes ».

Oui, car face au danger, c’est cela qui compte. J’aime bien cette phrase tellement réaliste de Jean-René Lecerf, devenu président du Conseil départemental du Nord : « Nous sommes face à notre dernière chance d’obtenir des résultats ». Je m’engage avant tout pour cela, pour dire et redire que c’est cela qui comptera, obtenir des résultats.

Le pacte républicain est en danger et pourtant, les élus démocrates et républicains méritent la plus grande considération. J’ai été élu, je sais à quoi la fonction d’élu engage. Elle engage à travailler inlassablement dans le sens de l’intérêt général. On ne comptera pas pour moi pour dire du mal des candidats des autres listes républicaines. Tous méritent l’attention.

Mais à l’heure du choix, 3 mots motivent mon engagement sincère et désintéressé : l’esprit de résistance, la détermination à combattre le pire et enfin la nécessaire réconciliation entre les élus et les habitants de notre grande et belle région.

Bien sincèrement

Denis Vinckier

Ancien Conseiller Général du Nord – Ancien Conseiller Communal de Lomme

28/09/2013

Pour un christianisme social vivant !

article voix du nord.pdf

article Croix du Nord 21 06 2013.pdf

 
Un nouveau site / journal
  • pour être toujours à la page
     
  • à découvrir maintenant
  • à mettre sans tarder dans vos favoris
  • à partager autour de vous
  • à afficher sur les réseaux sociaux
En mettant votre adresse mail dans l'onglet prévu à cet effet sur le site,
l'actualité vous parviendra automatiquement.