Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/04/2014

Les élections passées...je m'autorise quelques commentaires

Bien entendu comme le plus grand nombre, j’ai noté les chiffres d’une abstention galopante…surtout en ville. Les campagnes résistent encore un peu. Mais ce n’est pas en se lamentant sur ces chiffres que les abstentionnistes reviendront spontanément aux urnes. Participation rime avec confiance : confiance dans les élus, confiance dans la politique, confiance dans l’avenir.

J’ai senti que dans certains endroits, la bataille a été rude. Je vois ici et là des appels aux cessez- le-feu. Ils sont en effet bienvenus. Tous les coups ne sont pas permis en politique et certains ont incontestablement franchi des lignes jaunes. D’autres ont su montrer l’exemple de campagnes dignes. Ce ne sont pas forcément les plus dignes qui siègent aujourd’hui dans le fauteuil de maire. Hélas. Pour autant il faut continuer de promouvoir une éthique en politique.

J’ai pointé la victoire du FN à Hénin-Beaumont…dans une ville où les partis républicains n’ont pas toujours été exemplaires, c’est le moins que l’on puisse dire. Mais j’ai noté dans beaucoup d’autres endroits une non progression voire un recul du FN, dans des lieux où la dynamique républicaine est en place. Je pense que le FN progresse là où les partis républicains ne semblent plus jouer leur rôle. La démocratie nécessite des partis solides, propres, qui portent des valeurs et des messages clairs.

J’ai vu que des poids lourds avaient disparu des écrans radars en laissant la place à de plus jeunes élus. J’en connais pas mal de ces nouveaux élus. Pour beaucoup, cela fait plus de 20 années qu’ils sont engagés en politique. Les victoires ne viennent pas de nulle part. Il faudra regarder ce qu’ils vont faire mais pour beaucoup, ils ne devraient pas nous décevoir. Ils auront à cœur de rénover la vie politique. Pour cela, je leur souhaite le courage et la force nécessaires.

J’ai noté à la fois une forte existence du clivage droite/gauche et en même temps une forme de résurrection du centre / des centres. La preuve qu’il / qu’ils n’étaient pas morts. Pour autant, on parle beaucoup plus d’un centre qui penche à droite. Au moins il existe. Mais de mon point de vue, cela n’est pas satisfaisant. Je parle là au regard d’un parcours de 20 années de militantisme.

Enfin, je suis surpris de ces candidats battus qui battent en retraite. Etre élu dans une majorité leur allait bien, siéger dans l’opposition beaucoup moins. Signe des temps et d’un consumérisme politique gagnant la politique ? Ces postures sont choquantes pour la démocratie. A ces élus, il faut rappeler que nous vivons dans une démocratie représentative qui a ses exigences. La première est de respecter les électeurs.

Si je pense à d’autres choses, je compléterais mais je voulais partager ceci avec les uns et les autres. Notre démocratie est à la fois malade et pleine de promesses. Ayons confiance !

Denis Vinckier

 

21/11/2013

Lettre à Vincent Dhelin

Cher Vincent,

En ouvrant mon journal ce midi, je n’ai pas avalé mon bretzel mais presque.

Pour autant, je ne veux pas polémiquer avec toi, ni avec le parti que tu représentes. Je me suis astreint une attitude de recul vis-à-vis de la politique lommoise active mais comme vous avez mis les pieds dans le plat de la démocratie participative, je veux juste de dire deux mots, ayant eu à accompagner cette délégation dans le mandat qui va s’achever.

La démocratie participative est un champ de travail complexe. Les critiques doivent être mesurées et empreintes de beaucoup de prudence. Hors, je constate que ce n’est pas ce que vous faites. C’est injuste de résumer ce qui s’est fait dans le mandat en cours au fait que la mairie aurait juste informé des décisions qu’elle a prises.

La démocratie participative est un champ de construction. Donc l’expérimentation et l’évaluation sont importantes. Il n’y a pas de modèle parfait de fonctionnement de la démocratie en général et de la démocratie participative en particulier. Expérimenter et évaluer pour avancer, c’est ce que nous avons fait dans le mandat en cours.

Je souhaite ne pas polémiquer car beaucoup reste à construire. Mais puisque nous en sommes aux moments de vérité, je vais te dire à quel point j’ai été meurtri que dans le mandat en cours, à deux moments importants, 2009 et 2013, moments où nous relancions des comités après des phases d’évaluation, je n’ai eu de la part des élus écologistes qu’une attitude de défiance et aucune contribution sur le fond. Je n’ai jamais compris pourquoi.  La démocratie s’enrichit pourtant de tous les points de vue et j’ai durant le mandat, attaché de l’importance à tout ce qui s’est dit.

Il est donc difficile d’entendre au moment des élections des critiques faciles alors même que la politique nécessite de construire avec nos concitoyens, des politiques courageuses.

Crois, Cher Vincent, en l’expression de mes plus cordiales salutations.

Denis Vinckier

Ancien conseiller délégué à la démocratie participative (2008-2013)

16/05/2012

Un tandem modem dans la 11ème circonscription

J'avais indiqué le 25 avril dernier, qu'en fonction de l’avancée du dialogue et de la capacité du modem à participer à une majorité nouvelle, mon vote à François Hollande étant acquis au 2nd tour de l’élection présidentielle, que j’envisageais au nom de la majorité nouvelle de soutenir le député sortant de la 11ème circonscription, Yves Durand et ce dès le premier tour des prochaines législatives, et renoncer ainsi à présenter ma propre candidature.

Les instances du Modem se sont réunies, départementalement et localement avec un souhait: celui de présenter des candidats et des candidates qui portent les valeurs du mouvement démocrate sous la bannière du Centre pour la France. C'est ainsi que pour la 11ème circonscription, seront candidats Yann Fournier en titulaire avec Monique Héliot comme suppléante. Je les connais tous deux, ils incarnent parfaitement les valeurs de notre mouvement. Yann est un jeune étudiant en sociologie qui habite Armentières, Monique est une professeur de philosophie retraitée qui habite Lille.

Ce tandem porte à la fois les espoirs de la jeunesse, de la solidarité entre générations, de la priorité à donner à l'éducation. Ils ne manquent pas d'énergie et ils porteront dans cette campagne notre message avec fierté, courage et détermination. Je soutiens bien entendu cette démarche dans la mesure où elle s'inscrit dans le travail considérable que nous avons à mener au service du redressement national.

Denis Vinckier - 16 mai 2012

  

07/05/2012

Le changement c’est exigeant

François Hollande a été élu hier Président de la République Française. Cette élection à laquelle le mouvement démocrate, emmené par François Bayrou, a contribué est un moment important dans la vie de la 5ème République. C’est certainement un moment fondateur à l’heure où nous restons en crise profonde. A ce titre, nous lui accordons toute notre confiance, mot important dans le vocabulaire politique comme il a pu le souligner lui-même à de nombreuses reprises.

 

François Hollande sait aujourd’hui certainement plus que quiconque que si le changement c’est pour maintenant, il doit et va devoir se conjuguer avec l’exigence et la hauteur de vue. Ses premiers mots sont encourageants. Il veut redresser le pays en associant largement les forces politiques qui ont permis le changement. Il doit pouvoir compter en juin prochain sur une majorité parlementaire nouvelle qui rassemble.

 

Dans la 11ème circonscription, nous réunirons les responsables militants de Lille, Lomme, Armentières et les Weppes, cette semaine pour voir comment nous envisageons l’avenir, en continuant de prendre en compte les mots de François Hollande et en prenant en compte notamment les déclarations et positions de ceux que nous considérons comme nos partenaires locaux du changement.

03/05/2012

François, la France a besoin de toi ! Le choix est historique !

francois-bayrou gouverner.jpgJe voudrais mettre ici toutes mes tripes après le débat d'hier, en allant à l'essentiel. J'ai conscience que le jour est important, François Bayrou va réunir en début d'après-midi le conseil national du mouvement démocrate, conseil où la fédération du Nord a un certain nombre de représentants dont je ne fais pas partie. Une décision historique doit être prise. Quelle que soit la décision que François Bayrou prendra, elle sera historique.

Sur le débat d'hier soir d'abord, et pour revenir d'un mot, quitte à faire grognard, je trouve que cette vieille idée du débat télévisé sensé cristalliser le vote à quelques jours du vote décisif a vieilli. Il faut que les candidats parlent de tout en deux heures qui se transforment en trois heures, sans que tout soit finalement abordé. Il faut sans cesse enchaîner au risque de larguer au fur et à mesure une paire de téléspectateurs. A vouloir faire en sorte que ce soit deux stars du JT qui animent ce débat, on perd en qualité pédagogique. C'est dommage d'apprendre ce matin sur BFM où exerce François Lenglet que les chiffres des deux candidats sont inexacts et ceux de Nicolas Sarkozy bien davantage que ceux de François Hollande. J'aurais préféré voir François Lenglet hier sur le plateau pour rectifier le tir. On ne peut pas vouloir une démocratie exemplaire sans une certaine exigence. C'est difficile de vouloir faire en sorte que les Français se fassent un avis le plus juste possible si les conditions ne sont pas totalement réunies, si la communication prime sur la pédagogie.

Pour autant, et venons-en au fond, le débat était bon, avec deux candidats dans leur rôle: François Hollande finalement au centre du débat, dans le rôle du futur président et Nicolas Sarkozy dans celui de président sortant. Je ne sais pas ce qu'il en sera dimanche soir mais ce débat m'a donné cette sensation de la maitrise du futur président opposé à la maitrise du président sortant, de l'autorité du futur président face à celle du président sortant.

francois-bayrou gouverner.jpgDans une situation complexe, ce qu'il faut c'est gouverner avec justice. C'est ce que j'attends profondément d'un président de la République. François Bayrou doit participer à cette dynamique là. Je souhaite du fond du coeur, au nom de 20 années d'engagement politique au centre, qu'il s'engage dans ce sens pour participer à l'effort de redressement national annoncé par François Hollande. Il doit le faire pour participer à cet effort, influencer et influer sur les choix qui seront faits demain. François, Cher François, nous n'avons pas été hier des spectateurs d'une majorité de droite pour rester demain les spectateurs d'une majorité progressite !

François, le ballet de ceux, de Morin à Borloo, Sauvadet et Lagarde, qui veulent travailler au rassemblement des centres qu'ils ont tous contribué à écarteler et diviser, ce n'est pas sérieux. Ce n'est pas notre chemin, ce n'est pas le tien, celui d'un centre exigeant et courageux. François Hollande souhaite être le président la la justice, sociale, fiscale et territoriale. De toutes les forces de la France nous avons besoin a t-il dit.

François, la France a besoin de toi ! Le choix est historique !

Que nos représentant au conseil national de ce jour lui dise cela en substance, je les en remercie sincèrement.

Denis Vinckier