Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/12/2005

L'engagement sera au coeur de 2006

« La politique est l’art de gouverner les états, les régions, les communes. Elle n’est pas l’occasion de paraître, de s’enrichir, d’humilier. Chacun doit s’y intéresser et se sentir concerné. Les adversaires, quels qu’ils soient, ont droit au respect comme toute personne humaine, d’autant que personne ne possède complètement la vérité et l’esprit de service. Il faut, avant tout, rechercher le bien commun et assurer la défense de la vie, de l’honneur et des biens de tous, et d’abord des plus faibles. Il faut être vrai, disponible, dévoué et compétent ». André Delapierre

 

L’année 2006 sera une année passionnante

du point de vue de l’engagement

En saluant le vôtre, je vous adresse mes vœux sincères de réussite dans tous vos projets.

Que cette nouvelle année apporte aussi pour vous et autour de vous

la paix, la santé et la joie.

Denis Vinckier

15/11/2005

La crise des dernières semaines nous fait entrer dans " l’ère des choix "

Quand une société connaît les difficultés que nous venons de connaître, nul n’a besoin d’en rajouter. Cette règle, non pas du silence, mais de la décence au sens de la réserve pudique, je me la suis appliquée. Il n’était en rien nécessaire d’ajouter quelque parole que ce soit face à des actes d’une telle incivilité et je note avec prudence mais avec confiance que nos territoires, pourtant très urbanisés, ont été très significativement épargnés. Je condamne aujourd’hui avec la plus grande fermeté le langage du Ministre d’Etat chargé de la sécurité intérieure. En rien, je ne pense qu’il faille utiliser des mots grossiers pour qualifier " des " jeunes. Le résultat, nous l’avons eu sous nos yeux, ce sont bien trop de jeunes qui se sont aussi sentis disqualifiés par de tels propos. Mais tout cela est derrière nous. Je retiens des événements qu’ils constitueront un formidable accélérateur des changements profonds dont a besoin notre société française. Après le choc 21 avril 2002, après le non au récent référendum, est en train de se dessiner l’ère des choix. Pourrons-nous entrer vraiment dans le 21ème siècle avec les mêmes réflexes qu’au 20ème siècle ? D’après un sondage récent, les français ne sont massivement pas prêts à porter au pouvoir l’ancien parti socialiste. Et aucun signe ne permet de penser qu’il est en train d’évoluer, tellement il est englué dans une querelle des personnalités. A droite, Sarkozy vient de montrer qu’un Ministre d’Etat-président de parti ne fait pas un homme d’Etat. L’ère des choix dans lequel nous sommes entrés ressemblera t-il en 2007 à l’ère du non-choix comme en 2002. Ce serait la pire des choses. Mais le pire est t-il vraiment derrière nous ?

04/11/2005

Si j'étais socialiste... je voterais Bockel !

Jean-Marie Bockel, sénateur PS et maire de Mulhouse n'a eu aucune signature de parlementaires socialistes dans le cadre du futur congrès des socialistes. Ce congrès ne m'intéresse en rien sauf que je regarderai attentivement le score de celui qui a répété cette semaine que comme il n'est pas dangereux, son discours est respecté. Point à la ligne. Jean-Marie Bockel a écrit voici quelques années un essai réussi sur la 3ème gauche, en référence aux deux précédentes, celles en lesquelles il ne croit désespérement plus. Cette fois, sa motion est clairement libérale : nous devons accepter l'économie de marché martelle t-il à longueur de réunions publiques. Voilà, je ne suis pas socialiste mais Bockel je l'écoute et je l'entends. Nous verrons dans quelques jours combien de socialistes ont entendu le seul socialiste qui à mes yeux a de l'avenir. Son nom, je le répète Jean-Marie Bockel. Et si j'étais socialiste, je voterais pour lui.

28/09/2005

Blogmania

Par hasard, je découvre dans le courrier des maires de septembre un article de 3 pages consacré à "la blogmania qui gagne la sphère politique". On parle page 40 de quelques autres dont moi comme les "défricheurs". Page 42 les références de mon blog apparaissent juste en dessous de celles de Dominique Strauss-Kahn. Pas d'emballement, je ne fais juste qu'alimenter mon blog assez régulièrement. Depuis le début de l'année, c'est plus de 20.000 connexions dont plus de la moitié de visiteurs uniques. C'est en moyenne 4 pages visitées, il vous suffit de faire le compte. En matière de transparence et de dialogue, c'est un très bel outil !

06/07/2005

Encore 54 pour le non !

La question est sur toute les lèvres: y a t-il un lien entre le refus du 29 mai dernier et le résultat de ce 6 juillet 2005 ? Posée comme cela, la question n'a pas beaucoup de sens. Néanmoins le lien est possible entre les deux décisions. Le 29 mai, en adressant un non cocardier à l'Europe, les Français ont consciemment ou inconsciemment rejeté le monde tel qu'il est. Aujourd'hui, 6 juillet, le monde nous a quelque part rejetés, il a rejeté à tout le moins cette arrogance française qui veut que nous soyons systématiquement les meilleurs. Non, nous ne sommes pas les meilleurs. Non, la France ne séduit plus comme avant. C'est dans ce paradoxe français que nos concitoyens s'installent, en décalage complet avec le monde tel qu'il est. Finalement, cette décision du 6 juillet apparaîtra comme le triste révélateur du vote du 29 mai dernier.