Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/12/2006

Nos Voeux pour Lomme

Le dernier conseil communal de l’année est traditionnellement consacré aux dépenses budgétaires. C’est un moment important, celui où les élus s’engagent par un vote. Cette année, nous avons voulu réaffirmer que dans une commune de 29.000 habitants, les élus doivent tirer la charrue dans le même sens. Nous avons déposé des amendements pour dynamiser la politique communale en matière d’emploi, pour ajuster le forfait communal aux écoles privées, accentuer l’effort en matière de solidarité active, redéfinir la démocratie participative Lommoise (comités de quartiers, conseil des jeunes), travailler sur les liaisons entre quartiers notamment. 2007 sera une année électorale importante. Notre choix est clair depuis 2001 : fédérer, rassembler, convaincre sans dénigrer. C’est dans une vision partagée que nous construirons la ville de demain. Denis Vinckier, Danielle Debaisieux, Pascal Deren, Gaby Delannoy et Françoise Dumont vous souhaitent une bonne année 2007.

18:40 Publié dans Lomme | Lien permanent | Commentaires (0)

12/12/2006

6 amendements au budget primitif de la commune associée de Lille-Lomme

 

Amendements

 

présentés par les élus du groupe

" Notre Parti c’est Lomme "

 

au projet de budget primitif 2007

 

Conseil communal consultatif de Lille-Lomme

du Jeudi 14 Décembre 2006

 

 

Enjeu

 

 

" On ne construira pas Lomme les uns contre les autres, mais les uns avec les autres ". Notre conviction est profonde et nous savons qu’elle est partagée par les forces démocrates et républicaines Lommoises. Encore faut-il que nous nous donnions véritablement les moyens de faire tomber certains " murs " de certitudes. C’est la raison pour laquelle, nous proposons d’expérimenter des politiques nouvelles ou d’en réorienter certaines. Il appartiendra à la majorité communale d’en apprécier la portée dans le cadre du conseil communal de jeudi.

 

 

Gage budgétaire

 

L’ensemble des amendements sont " gagés " par la création d’une ligne nouvelle " dotation supplémentaire de Lille à Lomme ".

En effet, nous constatons que la dotation générale de Lille à Lomme a commencé à baisser dès 2002 pour ne commencer à remonter qu’en 2007.

 

Il nous paraît juste dans ces conditions de considérer que la dotation de Lille à Lomme puisse être abondée d’au moins 1 million €. Nos amendements s’inscrivent dans ce cadrage budgétaire puisque avec 359.130 € de dépenses nouvelles, l’impact budgétaire des amendements présentés équivaut à un tiers seulement de cette somme.

 

Cette somme que l’on peut qualifier de " raisonnable " peut être inscrite au Budget Primitif de la Ville de Lille, le vote budgétaire à Lille intervenant le 18 Décembre prochain. Il n’y a donc pas " d’obstacle technique " à la présentation de ces amendements.

 

 

 

Amendement 1

 

visant à multiplier les rencontres

" chercheurs d’emplois – employeurs locaux "

 

Exposé des motifs :

 

Lors de l’examen des actions à venir en faveur de l’insertion sociale et professionnelle, l’adjoint concerné a mis en évidence le " déficit d’inscription des publics concernés dans les structures censées les aider ".

 

Il a par ailleurs mis en évidence " l’absence de concordance avec les professions les plus recherchées " en pointant du doigt que c’était là " un phénomène qui va s’amplifier ".

 

Nous sommes à Lomme sur une zone commerciale et industrielle la plus dense d’Europe. Nous pensons que la commune a un rôle essentiel à assumer pour mettre en relation des chercheurs d’emplois avec les employeurs locaux.

 

Nous proposons d’ajouter aux objectifs du plan votés la mise en œuvre d’une étude quantitative, qualitative et exhaustive des besoins sur notre bassin de vie.

Pour cela :

Abonder le chapitre correspondant de 10.000 €

Abonder la ligne " dotation supplémentaire de Lille à Lomme " de 10.000 €

 

 

Amendement 2

 

visant à aligner la participation de la commune associée de Lomme sur celle de la commune-centre de Lille pour le fonctionnement des établissements privés participant au service public d’éducation

 

 

Exposé des motifs :

 

Il ne s’agit pas de réveiller une quelconque " querelle scolaire " mais de réaffirmer qu’il n’y a pas deux sortes d’enfants à Lomme.

 

Le service public de l’éducation nationale est assuré par l’école publique et les établissements privés sous contrat d’association, reconnus par la loi.

 

Le forfait municipal de Lille à ces derniers établissements est de 450 €.

La commune associée de Lomme ne verse elle que 251 € au titre du forfait communal.

 

Il nous apparaît en conséquence juste que la commune associée de Lomme porte au moins à 450 € sa participation communale pour les 570 enfants concernés.

 

Pour cela :

Abonder le chapitre correspondant de 119.130 €

Abonder la ligne " dotation supplémentaire de Lille à Lomme " de 119.130 €

 

 

Amendement 3

 

visant à jeter les bases en 2007

d’un conseil communal de la jeunesse

 

 

Exposé des motifs :

 

La plupart des grandes villes de notre département ont créé des conseils de jeunes, permettant au moins de 18 ans de trouver dans une telle structure à la fois les moyens d’une expression citoyenne et la mise en œuvre de projets concertés avec les élus municipaux.

 

Il nous semble que le moment est venu de traduire cette aspiration de base qui figurait dans notre projet de 2001. Cette exigence nous apparaît en outre légitimée par la prochaine mise en place d’une " maison du citoyen " sur Lomme.

 

 

Pour cela :

 

Abonder le chapitre correspondant à hauteur de 10.000 €

Abonder la ligne " dotation supplémentaire de Lille à Lomme " de 10.000 €

 

Amendement 4

 

visant à permettre aux 5 comités de quartier d’organiser des concertations citoyennes et de disposer de moyens de communiquer

 

 

Exposé des motifs :

 

A Lomme et malgré le discours officiel, les 5 comités de quartier sont les " parents pauvres " d’une démocratie participative mal organisée.

 

Nous pensons qu’il est du devoir des élus de permettre le plein épanouissement de la démocratie participative Lommoise incarnée aujourd’hui par 5 comités de quartier en leur garantissant des moyens de communication et de concertation.

 

Pour cela :

 

Abonder le chapitre correspondant à hauteur de 20.000 €

Abonder la ligne " dotation supplémentaire de Lille à Lomme " de 20.000 €

 

Amendement 5

 

visant à anticiper la ville de demain

 

 

Exposé des motifs :

 

Plusieurs nouveaux quartiers vont voir le jour dans les années qui viennent sur Lomme, au Marais avec le quartier des Rives de la Haute Deûle et l’extension autour de la LINO ainsi que sur le Bourg autour du Tournebride.

 

Il y a là des enjeux majeurs en terme d’habitat et de fonctionnalités. Le quartier du Tournebride pourrait intégrer un pôle lié au vieillissement de la population dans une démarche d’urbanisation. Les nouveaux quartiers du Marais intégreront des pôles économiques et artisanaux également dans un démarche d’urbanisation.

 

Nous sommes donc là en présence d’une commune qui se redessine complètement et il nous semble qu’au delà des études communautaires engagées par LMCU, il y a lieu de lancer des concertations, notamment :

 

  • Pour élargir le périmètre d’étude de la zone du Tournebride et permettre l’intégration de la zone d’habitation de la Mitterie et du Parc de Lomme dans le périmètre.
  •  

  • Plus globalement, repenser les liens entre les différents quartiers de la commune
  •  

  • Anticiper sur les parcours résidentiels des habitants de Lomme.
  •  

 

Il y a là véritablement 3 enjeux majeurs pour la ville de demain. Nous voulons consacrer 100.000 € à ces 3 enjeux. Il appartiendra à la commission " Urbanisme " de " flécher " cette somme.

Pour cela :

 

Abonder le chapitre correspondant à hauteur de 100.000 €

Abonder la ligne " dotation supplémentaire de Lille à Lomme " de 100.000 €

 

Amendement 6

 

visant à abonder la ligne contribution au CCAS de 100.000 €

 

 

Exposé des motifs :

 

La commune prévoit d’augmenter la subvention au CCAS pour 2007 de 95.000 € portant ainsi l’effort de la commune à hauteur de 1.000.000 €.

 

Présentée comme un effort, cette somme est en réalité sous-estimée depuis plusieurs années. Nous en voulons pour preuve le fait que l’inscription au Budget Primitif de 2006 était de 905.000 € alors même qu’il a été constaté par l’ensemble des élus au Compte Administratif de 2005 que la somme effectivement dépensée dépassait le million d’euros.

 

Il nous semble logique d’abonder la somme prévue au budget 2007 et demander la contrepartie à Lille.

 

Cela aura deux conséquences : répondre à toutes les demandes et ajuster au mieux les besoins du CCAS de Lomme.

 

 

Pour cela :

Abonder le chapitre correspondant à hauteur de 100.000 €

Abonder la ligne " dotation supplémentaire de Lille à Lomme " de 100.000 €

14:44 Publié dans Lomme | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : udf, politique

08/12/2006

Quand les dates s'en...mêlent...

Quel calendrier ! Depuis un mois, figurait sur le site portail de la commune associée la date du prochain conseil: mercredi 13 décembre. Avec la mention de précaution (sous réserve de convocation). Ce conseil est important puisque nous aurons à examiner le budget primitif de la commune, en fait les dépenses de l'année qui va s'ouvrir. Hasard du calendrier, François Bayrou s'invite dans le Nord pour lancer véritablement sa campagne présidentielle les 13 et 14 décembre et va clotûrer son périple par un grand meeting le 14 au soir à Lille Grand Palais. Je viens d'apprendre que le conseil est décalé d'un jour... et la convocation officielle fait mention du 14 décembre. A l'impossible, nul n'est tenu et même si je regrette ce changement de dernière minute, je me dois d'être à Lomme jeudi soir. Entre Lomme et Lille, je n'ai d'ailleurs jamais trop hésité... Nos militants, sympathisants et les curieux (Bayrou interpelle beaucoup en ce moment) eux partiront en bus de Lomme-mairie à 18h30 pour se rendre au meeting. Qu'on se le dise, le bus partira à l'heure ! Le conseil aussi mais une heure plus tard. Tous dans l'arêne !

Pour le bus, vous pouvez réserver au 06 08 25 13 50 ou par internet denis.vinckier@wanadoo.fr

 

 

07:45 Publié dans Lomme | Lien permanent | Commentaires (0)

12/11/2006

J'ai lu le dernier livre de Roger Vicot sur la sécurité

Si Ernest Renan faisait partie des lectures favorites de François Mitterrand, Roger Vicot n’a pas hésité à réinviter l’auteur de la célèbre conférence « Qu’est-ce qu’une nation ? » dans le débat d’aujourd’hui. Pour exprimer avec force qu’une nation doit « désirer clairement continuer la vie ensemble ». Son thème, c’est la sécurité mais comme il l’affirme d’emblée : « Elle ne doit pas être uniquement perçue comme un élément de contrainte, voire d’inégalité ». Et d’enfoncer le clou : « Elle constitue un droit, dont les policiers sont les porteurs et les acteurs. Et un droit pour tous les citoyens ». A partir de là, l’auteur chargé des questions de sécurité à Lille et à Lomme –sa commune associée-, a bâti sa réflexion autour de 10 chapitres tous plus passionnants les uns que les autres. L’homme politique est de gauche et il ne manque pas de se référer à la déclaration des droits de l’homme et du citoyen qu’il cite abondement en tête de chacun des chapitres pour mieux dénoncer « cette victoire sémantique et intellectuelle de la droite » qui a selon lui « réussi à faire croire que sécurité et ordre public sont synonymes ». C’est le mérite de ce livre que de chercher à convaincre que « la répression est nécessaire, que la prévention n’est pas le laxisme » et que les deux « ne sont pas incompatibles ». Finalement, l’auteur fait un plaidoyer argumenté d’une véritable sécurité universelle. Mais pour l’auteur, cette vision là s’inscrit à gauche d’où le titre sans équivoque de son livre : « Pour une sécurité de gauche : une sécurité républicaine contre la République sécuritaire » édité chez l’Harmattan dans la collection des « questions contemporaines ». Nous partageons sa philosophie quand il s’inscrit dans un humanisme intégral : « Une main tendue au cours d’une vie permet parfois d’éviter les pires dérives ». L’élu n’est pas naïf et il a l’actuel locataire de la Place Beauvau en ligne de mire : « Que certains gamins montrent des signes comportementaux inquiétants dès le plus jeune âge, c’est une évidence. Qu’on en déduise qu’ils sont de la graine de délinquant, de la mauvaise herbe (…) souligne une philosophie de la vie profondément inégalitaire ». Et Roger Vicot de lancer une décharge téléguidée : « La meilleure preuve que cela ne marche pas, c’est que personne n’a soupçonné, lorsqu’il avait trois ans, que Nicolas Sarkozy deviendrait aussi dangereux devenu grand ! ». Mais l’intérêt du livre n’est pas là. Il est bien dans les pistes tracées comme celle qui consisterait à « redéfinir le rôle et les missions de la police ». Pour Roger Vicot, les policiers méritent (notre) confiance et l’enjeu c’est bien « de faire de la proximité une dimension de la police ». Pas comme une option mais comme une dimension de base. Il cite en exemple les Koban japonais où sur 263.000 policiers, 85.000 sont affectés à cette mission de proximité. L’intérêt réside dans la formation des personnels et notamment « l’accueil et la prise en charge des victimes ». Et Roger Vicot de lancer un véritable pavé dans la mare : « Si la démocratie participative a un sens, que la police y … participe ». L’élu pense qu’il serait intéressant de faire des animateurs des comités de quartiers « des contacts réguliers de la police ». Nous sommes en phase avec lui quand il dit s’opposer à la présence policière dans les établissements scolaires, quand il oppose une France qui fait la guerre à la pauvreté et non pas aux pauvres, quand il espère une France qui reconnaisse tous les siens. Parfois l’auteur vante des perspectives qui se mettent en place comme les conventions tripartites (Villes-Clubs de Prévention-Conseil Général), véritables contrats. L’enjeu comme l’écrit l’élu : « Contractualiser le résultat humain, l’objectif à atteindre avec un jeune pris en charge ». Nous sommes enfin en phase quand il s’agit de se dire que la médiation sociale doit aujourd’hui faire l’objet d’une véritable reconnaissance sociale et que les efforts doivent porter sur la prévention précoce. C’est un point sur lequel nous avons convenu avec le vice-président du conseil général, à la veille de la réécriture de plan enfance-famille 2006-2011, de mettre l’accent. Comme nous sommes d’accord pour multiplier comme le suggère Roger Vicot d’accroitre les ALS (Acteurs de Liaison Sociale dans l’environnement Scolaire ». Le livre de Roger Vicot invite enfin à définir une grande politique pénitentiaire. Et là, « malgré les rapports parlementaires rédigés par des élus de droite et de gauche d’ailleurs, rien ne semble devoir bouger un jour ! ». Gageons que les temps qui viennent permettront d’engager des réformes pour que notre pays tourne le dos à cette triste réalité pointée du doigt par l’auteur dès le début de son livre : «  La France constitue aujourd’hui une exception en Europe. Nos prisons sont devenues au fil du temps de simples garderies à détenus (…) ». Bien d’autres points sont encore soulevés : la « marchandisation de la sécurité » et la « responsabilité des journalistes ». A ceux qui se prennent pour des metteurs en scène, il adresse enfin une mise en garde : « Faites du théâtre ou du cinéma ». Bref, vous ne perdrez ni votre temps, ni votre argent en achetant ce livre beaucoup moins polémique que ne pourrait le laisser entendre son titre. Non, Roger Vicot vient de commettre un livre utile au service d’une vision républicaine de la sécurité. Cette vision, je la partage dans ces grandes lignes. Je ne suis pas de droite. Suis-je pour autant de gauche ?  

 

17:55 Publié dans Lomme | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique, udf, bayrou, PS

25/10/2006

Fusion: ça cloche non ?

Le gouvernement vient d’expliciter le régime de fusion-association de communes. A cette occasion, il a donné quelques chiffres qui valent la peine d’être diffusés : 2% des communes en France sont concernées par la " fusion-association " soit 744 communes. Rapporté à la population concernée, le chiffre atteint 0,4% de la population française soit 250.000 habitants seulement. 88% de ces communes associées ont moins de 500 habitants, ce qui est logique puisque la loi de fusion de 1971 visait à lutter contre l’émiettement communal en zone rurale. Ces chiffres ont au moins un mérite : ils nous rappellent que nous Lommois, avec notre commune associée à Lille, nous sommes un peu des extra-terrestres. Nous étions une grande ville qui a fusionné avec une autre grande ville. Il y a 744 communes associées et nous Lommois représentons 12% du total des habitants des communes associées de France. Ca cloche non ?

09:30 Publié dans Lomme | Lien permanent | Commentaires (0)