Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/09/2005

Des élections anticipées pour permettre aux Lommois de tirer le bilan de la fusion !

 

Historique

  • 9 Janvier 1999 : annonce de la fusion à Lomme en présence de Martine Aubry, maire de Lille
  • Septembre 1999 : la fusion est entérinée par les conseils municipaux de Lille et Lomme. A l'issue de ce vote, les deux communes ne forment plus qu’une seule entité municipale.
  • Le référendum demandé par les opposants à la fusion est sans cesse balayé d’un revers de main.
  • Mars 2001 : élections à Lomme visant à installer le conseil communal consultatif. Résultats : la fusion n’est pas majoritaire. Obtiennent au second tour : 4.632 voix la liste d’Yves Durand (46,59%), 4.238 voix la liste emmenée par Denis Vinckier (42,63%) et 1.072 voix la liste FN (10,78%).
  • La charte d’association prévoit une évaluation annuelle de la fusion, laquelle n’a jamais été mise en œuvre.
  • 2002, 2003, 2004, 2005 … Yves Durand renvoie l’évaluation aux élections de 2007, voire 2008.

 

Constat

 

Nous attendions, à mi-mandat, un bilan de la fusion Lille-Lomme. Evacuant cette question, Yves Durand a dressé dans chacune des réunions dans les quartiers (Février à Juin 2005) une liste à la Prévert des réalisations qui se feront et dont la plupart ne seront pas mises en œuvre par notre commune mais par d’autres collectivités ou institutions (LMCU – LINO ; Département – routes ; Région – Euratechnologies ; Etat ; Bailleurs sociaux - résidences).

Il y a donc pour nous un problème réel, celui d’un bilan non-fait de la fusion de Lomme avec Lille. Yves Durand a toujours affirmé que les Lommois jugeraient sur pièces, ce qui lui a permis de les tromper une première fois en 2001. Nous sommes aujourd’hui à mi-mandat. Le moment est donc venu d’être totalement transparent sur cette fusion, sans attendre l’élection tardive de 2008, date à laquelle il sera vraisemblablement trop tard pour revenir en arrière. Par ailleurs, l’élection lilloise de 2008 sera fortement politisée et fera passer la question de la fusion au second plan. Le seul moment pour avoir un débat serein, c’est maintenant !

 

Notre proposition

 

Seules des élections anticipées à mi-mandat, avec des moyens équitables garantis par la commune pour les listes en présence, permettront aux Lommois de tirer le bilan de l’association avec Lille en toute transparence et de clarifier la question : oui ou non la fusion est-elle profitable aux Lommois ? Nous pensons qu’une campagne de deux mois est nécessaire. Nous proposons donc la tenue, première quinzaine de décembre, d’élections communales anticipées à Lomme.

 

Cette proposition fera l’objet d’une question d’actualité du groupe " Notre Parti c’est Lomme " lors du conseil communal du 23 septembre prochain

 

Elus du groupe : Danielle Debaisieux, Gaby Delannoy, Françoise Dumont, Pascal Deren et Denis Vinckier.

Contact : Denis Vinckier, conseiller général UDF du Nord : 06 08 25 13 50

 

 

 

 

 

 

 

 

09:55 Publié dans Lomme | Lien permanent | Commentaires (0)

14/05/2005

Portrait de Gaby Delannoy, élue communale (lettre de Mai 2005)

De Lille à Lomme ...

Originaire d’Halluin, Marie-Gabrielle Delannoy est venue dans la métropole lilloise pour y faire ses études. Elle a commencé à travailler à mi-temps pour les payer et s’est, dit-elle, “ assez naturellement installée, rue des stations à Lille ”. Elle arrive à Lomme en octobre 1977, en ayant son travail dans le quartier des Bois Blancs. A l’époque, se souvient-elle “ le métro n’était pas encore là ”.  Ses engagements ont toujours été très nombreux du fait de sa profession de comptable : souvent nommée trésorière, parfois élue présidente.

Marie-Gabrielle a du affronter très vite la vie d'adulte, ayant perdu ses deux parents entre 20 et 25 ans. C’est son père qui lui a donné très tôt l’exemple du dévouement par ses nombreux engagements. Elle a repris le flambeau : hier engagée dans une association d’anciens élèves et une association d’aide aux nomades, elle continue de militer dans des associations d’action catholique. Gaby est également engagée depuis 15 ans dans une association d’aide aux demandeurs d’emploi et depuis un an dans une association d’aide à domicile comme trésorière, bien sûr !
 
Fière d’habiter Lomme, elle aime sa commune vivante sur le plan associatif, sportif et commercial. “ Les commerces donnent une vie dans mon quartier de Mont à camp, où les personnes se rencontrent et se parlent ; un peu comme dans une petite ville de campagne ». “ Lomme reste pour moi une ville à part entière avec près de 30 000 habitants, avec ses 5 quartiers ”. Aussi, n’a t-elle jamais compris “ la décision unilatérale du maire actuel pour fusionner et marchander ainsi le rattachement de Lomme à Lille ”. Elle explique ainsi sa présence sur la liste de Denis Vinckier en 2001, qui “ préconise à la fois la défense des Lommois mais qui prône avant tout la démocratie active ”.

Depuis son arrivée au conseil explique t-elle, “ Denis m’a toujours trouvé pour le soutenir dans ses actions. Membre du conseil communal, et membre des commissions de l’urbanisme, du sport et des finances, je commence à apprendre la vie politique locale. J’y découvre beaucoup de satisfactions ”, même si elle confesse “ être déçue du peu d’écoute de la part des élus de la majorité socialiste ”.

En étant élue, Gaby Delannoy a mesuré les problèmes de pollution sur Lomme. L’idée n’est pas bien entendu de demander à délocaliser les industries, car “ c’est un enjeu social de vie économique ”, mais ajoute t-elle “ la commune doit être attentive à prendre toutes les dispositions pour que ces industries soient moins polluantes ”. Car, insiste t-elle, “ la question des nuisances en tous genres est bien réelle. Il est urgent de s’en occuper ”. Et d’ajouter : “ La commune doit faire d’immenses efforts pour améliorer nos quartiers ”. L’enjeu de plusieurs mandats…

12:55 Publié dans Lomme | Lien permanent | Commentaires (0)

Aux Lommois: pas de cadeau empoisonné à nos enfants !

Le monde dans lequel nous vivons est dominé par l'Amérique qui sera de plus en plus concurrencée par la Chine.

Nous sommes là en présence de deux systèmes économiques et sociaux très éloignés de notre modèle social européen.

L'Amérique, c'est l'ultra-libéralisme individualiste
La Chine, c'est l'ultra-ultra libéralisme totalitaire

Nous sommes, Européens, les seuls à avoir bâti un système libéral solidaire, le plus solidaire de la planète.

Si on veut le défendre, il faut être unis, nous n'y parviendrons pas tous seuls.

En 1954, une partie de la gauche et les gaullistes ont voté contre l’Europe de la défense. Nous sommes en 2005, 50 ans après, toujours sans véritable Europe de la défense.

Le 29 mai prochain, ne faisons pas le même cadeau empoisonné à nos enfants car c’est l’ensemble de la construction européenne, ses institutions mais aussi son histoire et ses valeurs, qui seraient mis à mal par une victoire du non.

Ma conviction tient en une phrase: on ne bâtira pas l’Europe de demain sur le rejet de ce que les Européens ont fait de meilleur.

12:54 Publié dans Lomme | Lien permanent | Commentaires (0)

04/03/2005

Conseil communal du 3 Mars 2005

Notre amendement visant à « donner les moyens à la démocratie participative » a été repoussé par la majorité en place (PS-Verts-PCF). Le maire délégué a confirmé Mr Pattou, président du groupe socialiste dans son rôle d’adjoint chargé d’animer la démocratie participative à Lomme. Ce dernier, imprégné des « valeurs du socialisme » a expliqué : « si nous sommes élus nous socialistes, nous cherchons toujours à avoir des candidats dans les comités qui défendent nos valeurs ». C’est bien de l’avoir dit Mr Pattou. Quant à Guy Oriol (Les Verts), il a trouvé que notre vision était « ampoulée ». Tout ceci étant dit, nous n’enlevons rien à notre déclaration.

Chers Collègues,
Notre groupe a choisi d’aborder ce débat budgétaire sous un angle un peu différent mais finalement c’est ce que toute opposition se doit de faire, en disant ce qu’elle ferait si elle était en situation de responsabilité. Nous sommes un petit groupe, groupe d’opposition plurielle, avec un petit bureau (j’invite les différents présidents des groupes à venir passer une demi-heure dans notre local de 5m2), avec de petits moyens…mais nous avons de grandes ambitions pour notre commune. Malgré le fait que nous avons reçu le dossier budgétaire il y a 5 jours, nous avons tenu à traduire budgétairement notre volonté de placer la démocratie participative au rang des grandes ambitions, comme d’ailleurs la démocratie numérique, les deux vont de pair.

L’amendement budgétaire que nous proposons représente en masse un redéploiement de moins de 3% des dépenses de fonctionnement. Mais ces 3% peuvent, nous le croyons, changer le visage de la démocratie participative et donc le visage de Lomme.

Le maire délégué de Lomme l’a rappelé lors de l’installation des 5 comités de quartier le 27 février 2005, les élus ont par tradition dans notre commune un poids fort et " une autorité politique légitime ". Aux côtés des élus, les comités de quartier sont, toujours d’après le maire délégué, " une expression quotidienne " des quartiers.
Expression quotidienne mais pas reconnue en tant que telle, la vie des différents comités de quartier pourrait être toute autre. Encore faut-il s’en donner les moyens. C’est l’objet de notre amendement que d’inscrire dans les propositions budgétaires la volonté forte de donner toute leur place aux comités de quartier à Lomme.

Nous pensons que leur place est essentielle et c’est pour cette raison que nous pensons qu’il est préjudiciable de confier à un adjoint au maire délégué, de surcroît président du groupe des élus majoritaire, la responsabilité de l’animer. Affichée comme une marque de confiance par le maire délégué en faveur de son adjoint, cette attitude doit aussi se lire comme une marque de défiance et de méfiance pour la démocratie participative, c'est-à-dire la place des habitants dans la cité.

Il est de bon ton de saluer les nouveaux membres des comités. Nous sommes-nous seulement interrogés une seule fois pour savoir pourquoi de nombreux membres sortants ont décidés de jeter l’éponge ? Nous affirmons que nombre de celles et ceux qui avaient cru dans la démocratie participative ont été déçus par un manque d’ambition et une trop grande confusion des genres entre démocratie participative et démocratie représentative.
Le maire délégué, toujours lui, a affirmé en guise de bilan des comités de quartier qu’ils " avaient trouvé leur place dans la vie communale ". Etrange bilan que celui dressé par le maire délégué. Le bilan doit d’abord être lu à travers deux indicateurs que sont le faible taux de personnes qui ont souhaité se représenter et la très faible participation des habitants à la désignation des dits comités de quartier en février dernier ( moins que lors de la première élection en 2001).

Non, les comités de quartier n’ont pas trouvé leur place car les moyens ne leur ont pas été garantis dans les faits. La question des moyens est au cœur de l’affirmation d’une démocratie participative digne de ce nom. Si la vie représentative est forte, elle ne peut se contenter ni se satisfaire d’une faible démocratie participative. Nous souhaitons donc que les niveaux soient rétablis : une forte démocratie participative dans une commune où la tradition de la démocratie représentative est forte, voire trop forte. L’avenir est donc dans le rééquilibrage entre les deux fonctions.

Cela suppose un redéploiement des moyens de la démocratie représentative vers la démocratie participative : moyens humains, moyens financiers, moyens techniques. Nous avons cette chance que la mise en place des comités de quartier dans notre commune associée est volontaire. Notre capacité à expérimenter est donc forte. C’est le sens de cet amendement budgétaire que de proposer un virage dans la vision que nous avons des rapports entre démocratie participative et démocratie représentative.

Alors concrètement notre amendement suppose que les 5 comités de quartier deviennent des associations conventionnées comme d’autres associations communales. Le redéploiement budgétaire dans la section fonctionnement vise à abonder le chapitre 65740 à hauteur de 147.500 euros. Cette somme allouée aux différents comités doit notamment permettre d’allouer aux membres des comités qui le souhaitent un ordinateur portable avec connection internet. Pour financer cette subvention, nous pensons que nous pouvons diminuer par deux les frais de téléphone, l’internet est aussi là pour cela. Les 5 comités de quartier disposeront des moyens de communiquer (- 25.000 euros au chapitre 62370) avec les habitants de leur quartier. Une somme est également dégagée pour permettre à chaque comité d’organiser des concertations citoyennes. La traduction budgétaire est reprise dans le tableau récapitulatif ci-joint.

Nous vous invitons, Chers Collègues, à voter notre budget de fonctionnement.

21:30 Publié dans Lomme | Lien permanent | Commentaires (0)

07/02/2005

Suite à la faible participation à l'élection des comités de quartier

Les élus du groupe « Notre Parti c’est Lomme » demandent
le remplacement de l’adjoint à la démocratie participative.


En effet, ce que nous pressentions est arrivé : Jean Pattou, président du groupe socialiste au conseil communal et adjoint à la démocratie participative, a échoué.

Il est directement responsable de la désaffection des Lommois pour l’élection des comités de quartier, extrêmement mal préparée. Pour mémoire, les candidatures étaient recevables entre le 26 Décembre et le 8 Janvier. A cela s’ajoute le fait que de nombreux Lommois n’ont reçu aucune information.

En ce qui nous concerne, nous avions demandé en conseil communal un grand débat sur le fonctionnement des comités, préalable au renouvellement. Cette proposition avait été balayée d’un revers de main par l’équipe socialiste.

Jean Pattou est également directement responsable de l’extrême politisation des comités puisque les quelques membres sortants proches de notre groupe ont été, à une exception près, rayés sur la base de consignes claires du parti socialiste, tandis que de nombreux militants socialistes font leur entrée dans les dits comités. Sous couvert d’organiser la démocratie participative, les socialistes se donnent les moyens de toujours mieux la contrôler.

Dans ces conditions, nous affirmons haut et fort qu’il n’est pas possible de cumuler des fonctions de président du groupe socialiste et d’adjoint délégué à la démocratie participative.

Nous demandons à Yves Durand de tirer toutes les conséquences de cet échec retentissant en retirant sa délégation à Jean Pattou. Pourquoi ne pas confier cette lourde responsabilité à un élu du groupe des "Verts" au nom de leur revendication affirmée d'une vraie démocratie participative ?

Quant à nous, nous maintiendrons malgré tout une présence dans les comités de quartier (2 membres désignés sur les 27) car les Lommois continuent de compter sur nous pour jeter les bases d’une démocratie résolument humaniste et participative.

Danielle Debaisieux, Gaby Delannoy, Françoise Dumont, Pascal Deren et Denis Vinckier.

11:37 Publié dans Lomme | Lien permanent | Commentaires (3)