Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/04/2016

RD 48 à Loos - Saisine en urgence du Conseil Départemental

Objet: Saisine en urgence du département en vue de faire condamner définitivement, dans le mois à venir, l'accès direct du parking de l'ILIS à la RD 48.

5 poteaux ILIS.jpgMonsieur le Président du Conseil Départemental,

Vous avez bien voulu me faire parvenir des éléments factuels très importants et vous en remercie très sincèrement. Ils démontrent que l'ILIS qui dépend de l'Université de Lille 2, avait été invité (sommé ?) avant l'accident du 22 avril 2015, par les services départementaux, de clôturer l'accès direct à la RD 48.

C'est très clair dans votre document, si l'ILIS avait pris les dispositions nécessaires, l'accident mortel ne serait pas intervenu.

Le sentiment que ce débouché sur la RD 48 est d'une dangerosité extrême, saute aux yeux de toutes les personnes qui connaissent les lieux. Monsieur et Madame Dreumont, moniteurs auto-école toute une vie, m'ont redit vendredi soir, 22 avril 2016, en boucle, combien il est impossible qu'un tel débouché sur une route départementale existe. Personnellement, je n'ai en effet jamais vu une telle situation.

Le lendemain de l'accident, l'ILIS a barré l'accès à la RD 48 en posant d'abordes barrières métalliques puis 5 plots métalliques (photo 1). Ma conviction est faite, après la journée d'hier et le temps passé sur les lieux: ces plots qui permettent toujours aux piétons, vélos, deux-roues de passer, sont une insulte à la mémoire d'Olivier Dreumont.

Les motards présents hier, tous anciens élèves du moniteur exemplaire qu'était Olivier Dreumont, semblent vouloir que les choses bougent maintenant vite. Je pense que sur ce point du débouché de l'ILIS, au delà du symbole, dans le mois qui vient, l'ILIS doit clôturer définitivement l'accès comme suggéré dès avant l'accident par les services départementaux.

Je vous demande donc, Monsieur le Président, de saisir en urgence la direction de l'ILIS et la direction de Lille 2, afin que dans le mois l'accès soit définitivement condamné. C'est ce qui avait été fait le lendemain de l'accident, la photo 2 l'atteste. ILIS Barrières.jpgUne fermeture totale de cet accès, qui ne se justifie en rien puisqu'il n'y a aucun passage pour piétons, aura en plus le mérite de faire bouger l'ILIS et les différents partenaires sur les flux de circulation, notamment piétonniers.

Comment est-il possible que des milliers d'étudiants soient amenés à traverser cette route sans disposition ? Comment est-il possible que ce secteur connaisse une aussi dense population étudiante sans que des dispositions élémentaires de sécurité soient prises ? Photo 3 de la densité des lieux...Plan CHRU avecc accès Rue Ambroise Paré.jpg.png

Condamner complétement l'accès de l'ILIS à la RD 48 est une décision d'autorité à imposer. Le département doit user de tous les moyens en sa possession de manière à faire appliquer et respecter ses recommandations. Un mort c'est beaucoup trop pour l'exemple à suivre.

Une fois que toutes les dispositions auront été prises pour sécuriser cette voie, je vous demanderai Cher Président, d'appuyer avec moi la demande consistant à donner à une partie de la Rue Ambroise Paré à Loos le nom "Voie Olivier Dreumont". C'est que nous devons à une famille, un père, une mère, un frère, une soeur, qui redisent en boucle "qu'Olivier n'est pas mort le 22 avril 2015 pour rien et que sa disparition doit servir à quelque chose".

Vous comprendrez Cher Président que d'avoir entendu ceci répété à plusieurs reprises, m'incite à vous exprimer ici la nécessité que nous rendions de la dignité à cette famille qui a perdu un fils.

Sachez que les conseillers généraux du secteur que sont votre prédécesseur, Patrick Kanner, qui a pris immédiatement contact avec moi, et Roger Vicot qui a pris contact avec moi ce jour, sont sensibilisés à ce dossier. Par ailleurs, Nicolas Lebas, Maire de Faches-Thumesnil et Vice-Président du Conseil Régional, qui était présent ce 22 avril 2016 à Loos, a également perçu la nécessité d'aller vite maintenant dans la saisine de l'ILIS-Lille 2. En parallèle, les services départementaux continueront de travailler avec les services de la MEL, afin de finaliser les études en vue des aménagements de sécurité que vous avez annoncés. Mais l'urgence c'est que le 22 mai l'accès à la RD 48 au lieu de l'accident soit définitivement condamné.

Comptant sur votre mobilisation et vous redisant mes remerciements, veuillez agréer, Monsieur le Président, l'expression de mes plus cordiales salutations.

Denis Vinckier

Conseiller Régional

23/04/2016

18 juin 2016 : Sortie du livre "Le jeu des 7 familles centristes du Nord"...

13001233_10154083955333398_1595596798996853697_n.jpg

Lettre au Président de la MEL et au Ministre Patrick Kanner

13087871_10154096431003398_360313342096107493_n.jpgLettre au président de la Métropole Europenne de Lille
Cher Président Damien Castelain



Suite à ma lettre ouverte le 11 avril dernier au Président du Conseil Départemental et à toi, je dispose depuis hier soir d’une synthèse écrite de la vision du Département (transmission par le cabinet du Président Jean-René Lecerf) sur ce sujet et j’ai, sur la base de ce document que je viens de découvrir, la conviction que le tragique accident d’Olivier Dreumont, lié à une sortie de parking accidentogène condamnée depuis, n’est pas resté sans réponse puisque les acteurs concernés envisagent des aménagements supplémentaires pour sécuriser davantage la sortie des voitures débouchant de l’ILIS sur la Route Départementale. Je n’avais pas de doute sur le professionnalisme des services départementaux qui travaillent en lien avec les services communautaires.



Pour autant, ce qui m’alerte dans ce dossier c’est que bien souvent les injonctions de sécurité des collectivités à des opérateurs restent sans réponse. Ici, le fait que l’ILIS n’ait pas répondu en temps et heure aux injonctions départementales a coûté la vie à mon camarade et ami. Je vais alerter Patrick Kanner afin qu’avec l’autorité qui est la sienne, il rappelle aux opérateurs au bord de la route départementale que la sécurité est l’affaire de tous, que les injonctions sont faites pour être mises en œuvre, que tout n’est pas de la responsabilité des collectivités.



Concernant les éléments de sécurisation pour les piétons et les cyclistes, qui font l’objet d’une lettre ouverte et d’une pétition, tu trouveras également certains éléments. Sur ce sujet la MEL est invitée à prendre part à la réflexion.



Je crois qu’elle le fera avec d’autant plus d’intérêt que cet axe structurant qui supporte plus de 12.000 véhicules / jour dont 6% de poids lourds est un axe de desserte d’un de nos pôle d’excellence métropolitain. Pour une raison que j’ignore, cette partie du territoire ne me semble pas faire l’objet, au niveau circulation, des bonnes adaptations à la présence historique d’un CHRU mais aussi depuis au développement d’un pôle d’excellence Eurasanté.



Sur ces questions, les discussions sont engagées entre partie prenantes à l’initiative du Département. Mais il me semble qu’à travers les éléments de schémas territoriaux qui vont se mettre en place au niveau de la MEL, ce secteur doive faire l’objet d’une particulière attention.



Je sais que je peux compter sur toi, les élus et services communautaires. En te souhaitant bonne réception de ces éléments, bien amicalement



Denis Vinckier

Conseiller Régional

 

Lettre à Patrick Kanner, Ministre et conseiller départemental de Lille

Monsieur le Ministre,



Merci pour ton message suite à ma lettre ouverte le 11 avril dernier au Président du Conseil Départemental.



Sur le fond, je dispose depuis hier soir d’une synthèse de la vision du Département sur ce sujet et j’ai la conviction que le tragique accident d’Olivier Dreumont, lié à une sortie de parking accidentogène condamnée depuis, n’est pas resté sans réponse puisque les acteurs concernés envisagent des aménagements supplémentaires pour sécuriser davantage la sortie des voitures débouchant de l’ILIS sur la Route Départementale. Je n’avais pas de doute sur le professionnalisme des services départementaux et au regard de mes responsabilités passées, je suis fier du travail réalisé par nos services.



Pour autant, ce qui m’alerte dans ce dossier c’est que bien souvent les injonctions de sécurité des collectivités à des opérateurs restent sans réponse. Ici, le fait que l’ILIS n’ait pas répondu en temps et heure aux injonctions départementales a coûté la vie à mon camarade et ami. Je t'alerte donc afin qu’avec l’autorité qui est la tienne, tu puisses rappeler à tous les opérateurs au bord de la route départementale 48 (Du CHRU à l'ILIS, en passant par le CROUS , etc) que la sécurité est l’affaire de tous, que les injonctions sont faites pour être mises en œuvre, que tout n’est pas de la responsabilité des collectivités.



Je découvre par ailleurs que cet axe structurant qui supporte plus de 12.000 véhicules / jour dont 6% de poids lourds est un axe de desserte d’un de nos pôle d’excellence métropolitain. Pour une raison que j’ignore, cette partie du territoire ne me semble pas faire l’objet, au niveau circulation, des bonnes adaptations à la présence historique d’un CHRU mais aussi depuis au développement d’un pôle d’excellence Eurasanté.



Sur ces questions, les discussions sont engagées entre partie prenantes à l’initiative du Département. Mais il me semble que ce secteur doive faire l’objet d’une particulière attention.



Je sais que je peux compter sur toi, comme Ministre, pour rappeler que la sécurité est l'affaire de tous. En te souhaitant bonne réception de ces éléments, bien amicalement



Denis Vinckier

Conseiller Régional

Denis Vinckier nouveau conseiller régional

Suite à la démission du maire de Roncq Vincent Ledoux, nouvellement élu député de la 10e circonscription du Nord, Denis Vinckier fait son entrée dans l’hémicycle régional.

par Marig Doucy (Croix du Nord)

Le Lommois Denis Vinckier rejoint l'hémicycle régional suite à la démission de Vincent Ledoux.
Le Lommois Denis Vinckier rejoint l'hémicycle régional suite à la démission de Vincent Ledoux.

Conseiller au sein du cabinet du Président-Recteur de l’Université catholique de Lille, le Lommois n’est pas un novice du monde politique.

Mécaniquement appelé à siéger à la Région, après le départ de Vincent Ledoux, Denis Vinckier, 45 ans, affiche déjà un CV conséquent. Et un engagement ferme : le centre. Peu importe qu’il s’appelle CDS (Centre démocrate social), la nouvelle UDF ou MoDem et qu’il l’emmène tantôt vers une alliance à droite, tantôt vers un regroupement à gauche. « J’accorde plus d’importance au centre et à l’espace que doit occuper le centre qu’à un parti », commente celui qui a adhéré à l’âge de 17 ans au CDS. « Je n’étais pas prédestiné à m’engager dans un mouvement démocrate chrétien ni à militer politiquement mais une intervention de Pierre Méhaignerie lors de l’émission de L’heure de vérité m’a marqué. »

Étudiant à la faculté d’histoire de Lille 3, il fonde l’association des étudiants en histoire. En 1992, il devient président des Jeunes centristes. Au retour de son service militaire, une recommandation de René Vandierendonck, qu’il n’a pas sollicitée, le propulse aux côtés d’André Diligent, le charismatique maire de Roubaix. C’est là qu’il décroche son plus beau diplôme, se félicite-t-il.

Collaborateur d’André Diligent

« Il a téléphoné à la maison, lui l’idole des centristes, pour me proposer un rendez-vous ! Le lundi, j’étais dans son bureau et au bout d’une heure d’entretien, il m’annonce qu’il m’embauche ! » Denis Vinckier sera assistant parlementaire du sénateur André Diligent de 1995 à 2001.

La collaboration professionnelle prolixe des deux hommes se double d’une aventure humaine exceptionnelle. Le bureau du sénateur et son grenier empli d’archives se transforment en deuxième maison du jeune Lommois. « Dans les archives que nous dépouillions, 40 ans d’histoire politique et publique s’écrivaient, c’était passionnant. » Au décès de l’ancien sénateur-maire, Denis Vinckier sera son exécuteur testamentaire. « À son départ, le monde s’est écroulé, j’ai traversé une longue période de deuil », confie-t-il.

Mais l’attaché parlementaire a déjà mis le doigt dans l’engrenage de l’engagement citoyen et politique. En 2001, il a été élu conseiller général du canton de Lomme. Et en 2002, il rejoint la Valenciennoise Valérie Létard, devenue à son tour sénatrice. Mais en 2007, la protégée de Jean-Louis Borloo entre dans le gouvernement de Nicolas Sarkozy, ce qui n’est pas du goût de Denis Vinckier. La rupture est consommée.

Objectif : mairie de Lomme en 2020

Le Lommois se tourne vers une nouvelle expérience professionnelle : en 2008, il occupe le poste de secrétaire général adjoint de l’Université catholique de Lille, alors présidée par Thérèse Lebrun. Aujourd’hui, il est en charge des instances au cabinet de Pierre Giorgini. « L’université catholique de Lille est une puissance économique formidable, un véritable contributeur au bien commun et au vivre ensemble via les hôpitaux, les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes, la formation, la recherche… »

Parallèlement, Denis Vinckier s’engage auprès des Semaines sociales et en devient le président régional en 2013.

En 2015, il accepte de figurer sur la liste emmenée par Xavier Bertrand pour les régionales. La démission de Vincent Ledoux marque son retour sur le devant de la scène politique. Où il compte s’affirmer. Candidat vaincu en 2001 puis 2008 à Lomme, il espère remporter la mairie de la commune associée de Lille en 2020.

59160 Lille

04/02/2016

Quand je parle d'André Diligent sur Radio Pastel...

DV radiopastel.jpg

 

Pour écouter