Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/08/2012

Affaire Lehmann, affaire à suivre...

Nous avons tous ressenti à la fois de l'inquiétude, puis du soulagement et de la compassion pour Aimé Lehmann, ce lommois lourdement handicapé, qui a traversé la France espérant empocher plus de 150.000 euros.

Il est rentré, sain et sauf, sans bien entendu les 158.000 euros promis par un prospectus alléchant, trouvé dans sa boîte aux lettres. La société mise en cause a été bien inspirée en lui proposant la prise en charge de son billet retour en première classe. Elle s'est certainement épargnée des poursuites ...et une atteinte durable à son image. L'affaire serait donc classée.

Pourtant, ce n'est pas notre brave lommois qui aurait pu intenter un procès à ladite société, puisque c'est en vidant les derniers euros de son compte bancaire qu'il a pu se payer le voyage jusqu'à Cannes.

Personne n'en voudra à cet homme âgé et donc vulnérable d'avoir cru au Père Noël. En tous cas, je ne fais pas partie de celles et ceux qui le moqueraient spontanément. Car nous vivons de plus en plus sur le coup de publicités intrusives, de ventes quasi-forcées. Moi-même j'ai eu le malheur de répondre par téléphone à un prestataire de service socio-culturels disons. On m'indique que comme je suis un client privilégié (sic), la dite société me propose de choisir parmi 3 cadeaux. Ce n'était pas plus tard que samedi dernier. Je précise à l'opératrice que je ne souhaite rien. Elle force avec des mots habiles ma décision en soulignant que je dois choisir un cadeau dans la mesure où je suis un client privilégié, que cela ne m'engage à rien, prend mon mail...et m'indique que je recevrais dans les 24h une confirmation...que je n'ai pas reçu à ce jour.

Bref, l'affaire Lehmann est une affaire à suivre par le législateur. Bien sûr, et heureusement, peu de personnes âgées vont faire comme Aimé Lehmann le chemin de Cannes mais davantage vont laisser auprès de ces sociétés dont il n'est pas toujours facile de savoir où elles sont localisées, non pas des plumes mais des euros.

D'aucuns invoqueront la liberté du consommateur. Je pense que la liberté du consommateur va de pair avec une moralisation des ventes par correspondance. Les organisations représentantes de ce secteur doivent prendre en compte la détresse de Monsieur Lehmann qui n'est pas un cas isolé. Au moment où une partie de notre société est de plus en plus vieillissante et la prise en compte de la vulnérabilité une éthique pour le vivre ensemble, l'affaire Lehmann est une affaire à suivre !

Denis Vinckier

11:54 Publié dans Lomme | Lien permanent | Commentaires (2)

29/06/2012

Les Amis d'André Diligent invitent Jacques Barrot

 

Les Amis d’André Diligent

sont heureux de vous inviter à leur Assemblée Générale annuelle

le Samedi 22 septembre 2012

 

à 14h à la Médiathèque de Roubaix

(Rez de Chaussée, à proximité de l’Hôtel de Ville). 

 

Suivie à 15h30 d’une conférence de

jacques barrot2.jpgJacques Barrot

 

avec présentation de l’ouvrage

« De l’indignation à l’engagement »

et séance de dédicaces.

 

Invitation à diffuser largement autour de vous

 

Cet ouvrage présente les humanistes d'inspiration chrétienne qui ont marqué le XXe siècle, de Joseph Fontanet à André Diligent. Il interroge également la place et l'avenir de la Démocratie chrétienne en France et en Europe.

10:03 Publié dans 2012 | Lien permanent | Commentaires (3)

13/06/2012

A mes amis centristes, je vous dis pourquoi je voterai pour Yves Durand dimanche

Voilà, je voulais trouver un peu de temps dans une semaine chargée, pour tenter de dire avec des mots choisis, pourquoi dimanche je voterai pour Yves Durand. Cela ne doit choquer personne puisque je l’ai déjà fait en 2007 et depuis 2008, je suis entré dans la majorité communale lommoise qu’il anime.

 

C’est pourtant nécessaire d’essayer de dire les choses pour deux raisons nouvelles : les centristes s’interrogent et le centre s’étiole. Le centre s’étiole certainement parce que les centristes s’interrogent depuis de longs mois notamment sur la stratégie à suivre mais ils s’interrogent aussi  parce que le centre s’étiole au point de se demander si dimanche il y aura encore un député du modem à l’assemblée nationale. C’est la quadrature du centre…

 

Je ne critiquerai jamais François Bayrou car depuis le début de l’aventure en 1993, je suis de la partie. J’ai participé par mon vote à son accession en 1994 à la tête du mouvement. J’ai accompagné depuis toutes les campagnes électorales, je pensais avoir participé à la campagne législative la plus difficile pour nous, celle de 2007, jusqu’à voir la réalité des chiffres de celle de 2012.

 

Tous les observateurs en conviennent : le problème majeur vient de la difficulté d’exister à trois dans un système fait pour deux. Et de plus en plus fait pour deux. Les circonscriptions n’ont-elles pas été redécoupées avec la bénédiction des deux forces qui s’opposent nettement ? On a ainsi fait des circonscriptions nettement marquées à droite et des circonscriptions nettement marquées à gauche.

 

Pour autant cette situation n’interdit pas les nuances. Je ne pense pas que la machine à bipolariser va écraser les militants écologistes, centristes, du front de gauche et du front national. Mais elle oblige de plus en plus à savoir dans quel espace ils sont. Ce n’est pas pour rien, fait historique, qu’au front national on cherche maintenant sans scrupule des passerelles avec la droite. C’est certainement le seul moyen pour le front national d’avoir des députés. Les frontières (sic) sont en train de craquer de ce côté-là de l’échiquier.

 

Le centre a longtemps été un centre droit, classé à droite, oeuvrant à droite. Il correspondait à une droite modérée, cousine du RPR, héritier lui du gaullisme. Le sarkozysme est passé par là. Des centristes historiques ont fait le choix de camper dans cet espace-là, je pense et je veux croire contre leurs convictions profondes. François Bayrou a clairement montré que cette droite là était incompatible avec nos valeurs. Il a ainsi participé à l’émancipation du centre d’avec une droite dure, plus nationale qu’européenne, plus réactionnaire que sociale, plus à droite que jamais sous la 5ème république.

 

Le centre est revenu au centre, il s’est libéré de 40 années d’ancrage à droite. Mais soyons clair, il ne s’est pas libéré pour errer au milieu de nul part. Renoncer à une alliance avec la droite dans un système bipolaire, cela veut dire tenter de nouer les termes d’une alliance plus à gauche. C’est cela qui s’est joué, me semble-t-il, dans le choix formulé par François Bayrou en faveur de François Hollande au second tour de la présidentielle. C’est cela qui reste difficile à expliquer puisque le PS n’a pas intégré ces éléments nouveaux dans son logiciel. Probablement parce que beaucoup au PS ne le souhaitent pas, probablement aussi parce que le parti de la solidarité n’a pas su envisager le partage des postes de la représentation nationale. C’est incontestablement une erreur.

 

Pour autant, je veux continuer de croire que ce chemin est le nôtre. Etre centristes à côté des socialistes demain, cela reste un chemin. L’autre chemin, c’est celui où nous étions hier. J’ai partagé ce chemin souvent malgré moi pendant près de 20 années. Nous avons souvent été une simple caution sociale à droite. Au conseil général, avant que nous ne décidions de reprendre notre liberté en 2005, nous étions quelques uns à porter bien seuls les aspirations sociales dans un groupe qui montrait peu d’appétit pour ces questions pourtant essentielles puisqu’elles représentaient presque 70% du budget de l’institution. J’ai connu le parcours qui libère, je vois trop à quoi ressemblerait le chemin inverse. Je ne le referai jamais.

 

Depuis 2008, nous sommes quelques uns dans des majorités de gauche. Pas par hasard. Ces majorités restent des laboratoires. Les socialistes qui sont au pouvoir aujourd’hui ne sont pas les socialistes de 1981. On peut discuter et s’entendre sur l’essentiel. C’est cela aussi que nous avons expérimenté et c’est cela que nous voulons poursuivre.

 

Au nom de ce chemin qui n’est pas celui choisi par celui qui est opposé à Yves Durand, à savoir Thierry Pauchet avec lequel j’ai longtemps milité, je fais le choix du premier. Que ceux des centristes de droite qui pensent qu’ils peuvent se faire entendre à droite le fassent. Et que ceux des centristes authentiques qui pensent qu’ils peuvent s’entendre avec la gauche continuent de le faire. Je crois fondamentalement que dans la France d’après le sarkozysme mais marquée par lui, les centristes n’ont pas à rougir à vouloir défendre leur sensibilité sociale avec le parti socialiste. Historiquement, des centristes ont déjà travaillé avec les socialistes, c’était après guerre. La crise importante que nous vivons aujourd’hui, sociale et économique, européenne et mondiale, engage les uns et les autres à penser de concert le vivre-ensemble, à repenser ensemble l’Europe de demain, à inventer collégialement les conditions d’un nouveau pacte social.

 

Sur ces trois sujets, je sais qu’avec le député actuel, je peux discuter. Les modalités de mise en œuvre peuvent parfois diverger. Mais sur l’essentiel des chantiers à ouvrir et des décisions à prendre, nous sommes en phase. Au nom de ce chemin de dialogue et aussi d’action, je voterai comme en 2007 pour Yves Durand comme député de la 11ème circonscription.

 

Denis Vinckier

13 juin 2012

 

 

20:00 Publié dans 2012 | Lien permanent | Commentaires (1)

11/06/2012

André Diligent aurait dit : pour l’honneur de Roubaix, on choisit les meilleurs !

Le premier tour des législatives a rendu son verdict et Roubaix est un peu plus ce soir sous le feu des projecteurs. En effet, Madame Le Pen vient d'appeler à battre Slimane Tir en le faisant apparaître sur une liste noire de candidats à faire tomber. Ce sont là des méthodes indignes d’une démocratie comme la nôtre. diligent maire2.jpg

 

Mais par ce geste, Madame Le Pen donne raison à toutes celles et ceux qui soutiennent Slimane Tir. C’est à la fois la fierté roubaisienne qui est visée, une certaine idée de ce qu’est devenue Roubaix qui est montrée du doigt et l’honneur d’une ville qu’on cherche à atteindre. L’heure est donc au sursaut citoyen, civique et politique. Pour ma part, sûr qu’André Diligent aurait privilégié ce qu’il appelait l’intérêt supérieur roubaisien, j’invite mes amis à se rassembler autour de ceux qui n’ont de cesse de défendre l’honneur de Roubaix, Slimane Tir dans la 8ème circonscription et Francis Vercamer, le député sortant dans la 7ème circonscription.

 

Appréciés chaleureusement tous les deux de son vivant par André Diligent, ils incarnent l'un et l'autre dans la diversité l’unité roubaisienne qui lui était si chère. Et au-delà, à leur manière, ils incarnent tous deux une part de fidélité de ce qu’était André Diligent, un travailleur acharné au service d’un idéal de fraternité. Nul doute qu’il aurait dit à quelques jours d’une élection capitale : pour défendre l’honneur de Roubaix, on choisit les meilleurs !

 

Denis Vinckier

Ancien collaborateur d'André Diligent

Elu modem du Nord

30/05/2012

Je n' ai pas changé..

Pour la première fois, deux responsables UDF appellent à voter Ségolène Royal


PARIS, 25 avr 2007 (AFP) - Pour la première fois, deux responsables UDF, Thierry Bertrand, délégué pour la campagne de François Bayrou de Haute-Garonne, et Denis Vinckier, conseiller général UDF du Nord, ont appelé mercredi à voter en faveur de Ségolène Royal.
"En tant que médecin, je n'accepte pas les conceptions de Nicolas Sarkozy sur le déterminisme génétique, qu'il s'agisse des questions de pédophilie, de suicide ou bien de délinquance", a déclaré M. Bertrand, conseiller municipal de L'Union, lors d'une conférence de presse conjointe avec le député PS Gérard Bapt à Saint-Jean (Haute-Garonne).
Il a critiqué les propositions du candidat UMP en matière de santé et expliqué son soutien à la candidate socialiste "en tant qu'humaniste, face au danger que font courir à la République laïque les conceptions communautaristes".
Par ailleurs, le conseiller général UDF du Nord Denis Vinckier a lui aussi pris position pour le vote en faveur de Ségolène Royal.
M. Vinckier a souligné à l'AFP qu'il faisait "partie de ceux qui pensent qu'il y a un avenir pour la politique française à travers une coopération plus étroite entre démocrates-sociaux et sociaux-démocrates".
"Nombre de ceux qui ont voté pour François Bayrou vont voter pour Ségolène Royal, je crois qu'ils seront de plus en plus nombreux au fil des jours", a-t-il estimé, ajoutant que cela allait être son cas.
"Ce n'est pas un choix, c'est un chemin", a-t-il ajouté.
MM. Bertrand et Vinckier sont les deux premiers responsable UDF à prendre position en faveur de Mme Royal, alors que M. Bayrou a annoncé mercredi qu'il ne donnerait pas de consigne de vote pour le 6 mai
mdm-bb-bbm/sc/ei

21:18 Publié dans 2007 | Lien permanent | Commentaires (1)